LeGuideDesMétiers

Métier
Cuisinier (ière)

Femme, Homme; Métier connu s’il en est: Connaître et préparer les viandes, poissons, légumes, « fruits » de mer et autres produits agricoles transformés ou naturels en vue de les servir dans une salle de restaurant classique ou de collectivité afin de satisfaire aux attentes des clients qui viennent se restaurer.
Reconnaître et sélectionner au premier coup d’oeuil les produits, ne rien ignorer de leur provenance; savoir les préparer et les cuisiner – technique de préparation et techniques de cuisson, temps de cuisson - afin que les produits expriment toutes leurs saveurs pour que, au final, celles et ceux qui les consomment puissent éprouver du plaisir en se restaurant. Tel est le rôle de ce professionnel/ de cette professionnelle.
D’autres cuisiniers s’expriment dans des contextes professionnels spécifiques: cuisiniers navigant (à bord de navires de croisière); cuisiniers au service de hautes personnalités; des cuisiniers au sein des hôpitaux, ou au service de maisons de retraite, cuisiniers au service d’équipes sportives de haut niveau...etc.
A chaque fois, l’on attend de ces spécialistes qu’ils satisfassent aux exigences particulières du contexte au sein duquel ils exercent leur métier.
En poursuivant cette présentation nous pouvons ajouter que nous sommes en présence de techniciens qualifiés de techniciens supérieurs -hommes ou femmes- travaillant en début de carrière sous la responsabilité d’un second de cuisine ou d’un chef de cuisine. Ils sont dans la restauration classique ou au sein de chaines de restaurants. Leur métier comporte des contraintes: horaires en soirée, en semaine comme en week-end. Ils peuvent être mobilisés à l’année ou saisonniers dans des stations de sports d’hiver ou balnéaires.
En accumulant de l’expérience, ils /elles pourront progressivement parvenir à une position de chef de cuisine au sein d’un restaurant sous réserve d’être un leader et de savoir diriger le personnel. Enfin, ce sont des professionnels ayant les qualités des managers pour les achats et la gestion en plus de celles requises pour la cuisine.
Au total, nous parvenons à décrire le rôle d’un « restaurateur » responsable d’un établissement depuis la cuisine jusqu’à la responsabilité totale de l’exploitation d’un établissement. Tel peut être pour celles et ceux qui sont les plus motivés/ées le projet de carrière qui légitimement peut se concrétiser.


Quel parcours pour les jeunes – jeunes femmes & jeunes hommes - qui sont attirés/ées par cette profession et imaginent d’y faire carrière ?


Métier où les qualités personnelles alliées à la continuité des efforts de formation permettent de progresser dans cette activité parmi les environnements professionnels esquissés ci-dessus.
I - Le diplôme de base: le CAP, avec souvent le BP (le Brevet Professionnel) pour confirmer cet engagement professionnel.
Il est aussi possible de viser le Bac Technologique ou le Bac Professionnel
> le Bac Technologique Sciences et Technologies de l’Hôtellerie et de la Restauration – STHR – en particulier le pôle Restauration – qui ouvre les portes des études professionnelles supérieures. ( au sein d’écoles de cuisine ou les portes des sections de BTS (Brevet de Technicien Supérieur des lycées hôteliers publics ou privés)
> le Bac Professionnel Cuisine – un diplôme reconnu comme attestant des capacités au niveau IV (technicien) Un diplôme permettant de travailler dans une brigade de restauration comme commis sous l’autorité d’un second de cuisine.
II Le diplôme à la base de toutes les progressions professionnelles possibles: le BTS Hôtellerie (le Brevet de Technicien Supérieur – en particulier l’option B Art culinaire, Art de la table et du service) On y accède le plus souvent via des écoles, des lycées professionnels à travers un processus d’apprentissage ou d’alternance. Un diplôme qui permet d’enchainer des stages auprès de maîtres de cuisine; des cuisiniers, des cuisinières reconnus/es localement et régionalement. Ces temps de stages dans de véritables conditions de travail permettent au jeune diplômé de découvrir et d’apprendre des façons de faire qui lui permettront, à son tour, de se faire un nom et d’afficher qu’il a travaillé auprès de tel ou tel chef de cuisine renommé.
Précisons également que les plus courageux parmi les jeunes – comme les sportifs de haut niveau - auront préparé des concours, des compétitions comme par exemple les Olympiades des métiers. Obtenir une reconnaissance d’excellence, une médaille c’est – tous les professionnels sont d’accord - une « distinction » qui va ouvrir de nombreuses portes professionnelles et assurer les bases d’une carrière prometteuse.
Tout ce qui précède peut nous permettre de conclure que ce métier de cuisinier exerce, avec raison, une attractivité non seulement sur des jeunes en formation initiale mais aussi sur des adultes en reconversion.(1) Une activité professionnelle qui possède ses lettres de noblesse et qui apporte à celles et ceux qui l’exercent de grandes satisfactions et de nombreuses raisons de croire en leur réussite dans la vie.
                                                                              <>
Dans le RNCP : Technicien de production culinaire Métier certifié inscrit au Répertoire national des certifications professionnelle - Métier qui figure parmi la liste des métiers pour lesquels notre pays connaît un déficit de main d'oeuvre.
1)Voir par exemple les stages qualifiants proposés par divers organisations comme l’AFPA, l’AREP, le GRETA …etc.

Finales nationales des Olympiades des Métiers à Caen de décembre 2018

Pour le métier de cuisinier: Médaille de bronze à Saïd Soumaila, en 2e année de BTS Hôtellerie Restauration option Arts Culinaires de  l'Ecole Hôtelière  du campus de la CCI du Vaucluse - Avignon. Saïd Soumaila à bénéficié du coaching de Patrice Leroy, Responsable Technique du Pôle Hôtellerie Restauration et Maître Cuisinier de France. Le jeune apprenti, en parallèle à l'école, travaille au Château de Massillan à Uchaux. 

Je suis intéressé(e) par une formation Cuisinier (ière)

Je suis intéressé(e)
par une formation Cuisinier (ière)

homme devant ordinateur très motivé

Voir les 2 formations pour devenir Cuisinier (ière)

BAROMÈTRE DES SALAIRES


Vous pouvez nous aider à définir le salaire moyen de ce métier. Il vous suffit de cliquer sur l'un des suivant :
Env. 1000-1250 Env. 1250-1500 Env. 1500-1750 Env. 1750-2000 Env. 2000-2350 Env. 2350-2700 Env. 2700-3000 Env. 3000-3500 Env. 3500-4000 Env. 4000+
Merci !! Votre information a bien été prise en compte. Merci de nous avoir aider à améliorer la précision du contenu que nous proposons à nos visiteurs.

Quelles sont les formations pour devenir Cuisinier (ière) ?

Autres métiers qui pourraient vous intéresser :

  • Chef cuisinier

    Homme, Femme; Déjà cuisinier professionnel capable d’être le «patron» d’une cuisine de restauration (restaurant accueil de clientèle, restauration collective, restaurant de centres de loisirs, d’hôpitaux, de restaurant de salons professionnels,…
  • Cuisinier - Amateur initié

    Référence introduite dans la base pour souligner que nous avons tous rencontré des cuisiniers et cuisinières "amateurs" possédant souvent de façon innée, le talent et les qualités des professionnels. Ils…